..              

  AMITIES  MARSEILLE-DIEBOUGOU  AU  BURKINA

 

                     Chez Michel Galichet, Château St Jacques, entrée I 43

                      56 bd de la Valbarelle, 13011 Marseille Tel : 06-81-06-01-56

                      CCP Marseille 12 386 79 E

                       Notre Blog Amitiés Burkina-Faso.

 

                                         LA  LETTRE  DU  BURKINA

 

Juin 2013

 

                                 Cher(e)s Ami(e)s de France et du Burkina

 

Treizième édition. Un grand merci à tous nos généreux donateurs et généreuses donatrices. La totalité des dons de l’année 2012 s’élève à la somme de 3 778 €.

 

     Nous avons eu à déplorer en cette année 2012 le décès de mon épouse, Odile Galichet, née Puel. Elle est décédée le mercredi 10 octobre. Ses obsèques eurent lieu en l’église Saint-Etienne de la Valbarelle, en présence d’une nombreuse assistance.  Elle est inhumée dans le cimetière du village de Roquevaire, près d’Aubagne. J’adresse un grand merci à tous ceux et toutes celles qui de France ou du Burkina m’ont témoigné beaucoup d’affection et de sympathie soit par lettre, par téléphone ou par Internet.

                                                                        

 

                  Les différents projets aidés par nos dons au cours de l’année 2012

 

     Nous aidons principalement des associations de femmes. Nous avons remarqué, en effet que ce sont les femmes, les mères de famille qui assurent une certaine stabilité dans les villages. Leur influence est prépondérante dans l’éducation des enfants et des jeunes.

 

-         Aux femmes de Ligé-Taw ,envoi  de 400€ le 26-01 pour l’achat de grillage afin d’ entourer leur jardin communautaire. En effet, du fait que les animaux domestiques vivent en toute liberté, il est indispensable de clôturer le jardin, sinon les légumes ne résisteront pas.

       Le 25 septembre nouvel envoi de 500 € pour la constitution d’une banque alimentaire.

       Le père Aubin Somé, leur conseiller, nous écrivait : « Elles pensent toujours fermement à la banque de stock de céréales qui seule peut leur permettre de réaliser un bénéfice pour l’amélioration de leurs conditions de vie ; elles comptent reprendre fin septembre jusqu’au mois de mars leur jardinage qui est une chose réelle et sûre ; elles ont aussi initié et inauguré un cabaret pour la préparation-vente du dolo (bière de mil) où elles ont besoin d’un soutien pour l’achat des ustensiles pour la préparation. »

              Nous avons décidé, au cours de notre A.G  qui s’est tenue le 1er juin chez notre dévouée secrétaire Colette Pillet et son mari Christian, de débloquer 500 € pour répondre à ce besoin. Et le 7 février dernier nous avions envoyé 500 € pour l’achat de matériel de jardinage.

 

 

-         A l’association des femmes de Ouessa, près de la frontière nord du Ghana nous avons envoyé le 26 janvier 2012, 400€ pour l’amélioration de la vie des femmes rurales, plus spécialement pour celles qui préparent le savon à partir du beurre de karité.

           Merci à l’abbé Narcisse Dabiré qui assure le lien avec l’association.

          En janvier 2012 l’abbé Narcisse nous envoyait un mail : « Depuis que j’ai reçu les 400 €, nous avons aussitôt acheté des vivres, notamment 7 sacs de sorgho,  65 sacs de maïs…Avec la pénurie, le prix des denrées alimentaires va galopant. Les femmes me talonnent beaucoup lors de nos rencontres par rapport à la mise en oeuvre de notre plan  d’action pour la formation féminine… »

       Le 26 mars dernier, nous avons envoyé 600€ pour la création d’une banque de céréales et l’achat de matériel de jardinage         

 

-         Le 26 janvier 2012 envoi de 400€ en faveur de l’association de Forotéon, géré par Mr Alain Kpoda pour l’achat de grillage en vue de poursuive la clôture du jardin collectif et l’acquisition de seaux en fer qui remplaceront les canaris lourds et fragiles.

          Le 3 juillet nouvel envoi de 600 € destinés à assurer la formation de 20 femmes désireuses d’apprendre comment faire du savon avec le beurre de karité.

           Le 13 septembre Alain nous envoyait un message : « La formation au savon aura lieu en octobre-novembre après les travaux des champs. Nous désirons continuer les travaux de la porcherie. Nous serions intéressés par des livres d’écoliers (grammaire, math même usagés), habits de seconde main, friperies. »

         

       -   Le 26 juin 2012, nous avons envoyé  1 000 € à l’association des femmes de Dissin, pilotée par Sœur Marie-Blanche Hien afin d’acheter des métiers à tisser qui serviront à fabriquer des pagnes. Le 22 septembre, message de sœur Marie-Blanche : « Nous avons pu acheter 3 métiers à tisser. Il nous reste à avoir un fonds de roulement pour l’achat de fils de tissage. »

             Sans tarder, trois jours plus tard, le 25-9, notre si appréciée trésorière Monique Seveau,  envoie 350 € pour l’achat de fils à tisser.

               Enfin, le 7 février de cette année envoi de 500 € pour acheter des poules pondeuses car les mamans désirent avoir des œufs pour améliorer la nourriture des enfants. 

 

           Voici un extrait du message envoyé par sœur Marie-Blanche le 24 janvier dernier en réponse à un message que lui avait envoyé 4 jours plus tôt notre secrétaire Colette Pillet :

« Les filles et les jeunes dames qui ont reçu les pelotes de fils font vraiment un très beau travail … Nous sollicitons un financement pour agrandir l’élevage de poules pondeuses que nous avons commencé au centre de l’association.

     Nous avons déjà construit le local avec nos cotisations. Nous avons 4 box. Nous n’avons pu en occuper qu’un seul. C’est un projet qui est assez intéressant en ce sens qu’il aide les mamans qui ont des enfants malnutris à améliorer leur alimentation avec les œufs.

     Alors, merci d’avance pour votre soutien. Vous avez le bonjour des femmes. »

 

 

     Voici donc résumé en quelques lignes l’utilisation de l’argent qui a été mis à notre disposition. Nous oeuvrons pour que le plus rapidement possible les euros se transforment en francs CFA et améliorent un tant soit peu les conditions de vie des femmes du Burkina. Je reprends mes réflexions de l’an dernier. Ce que nous faisons ensemble représente peu de chose au regard des besoins, c’est un peu comme la goutte d’eau qu’apporte le colibri pour éteindre le feu qui détruit une immense forêt ( Pierre Rabhi)

     Et pour finir, un grand merci à tous et à chacun, spécialement à nos bienfaiteurs et à nos bienfaitrices qui nous font confiance en versant leur obole, car selon la formule des Petites sœurs des pauvres : « Sans nos amis et bienfaiteurs que ferions nous ? »