Yoga

repas de fin d'année en petit comité

Yoga du jeudi soir  (commentaires personnels mars 2003)
Mon cours de yoga du jeudi soir, c'est la seule séance pendant la semaine que je donne en ppm (fin d'après midi) et j'en profite pour pratiquer toutes les postures avec mes quatres fidèles. 
C'est un plaisir pour moi et je crois que les participants me suivent bien. Je dis "je crois" car après un contact avec chacun à l'occasion d'une posture en début de séance je cherche, tout en le détaillant verbalement, à me concentrer sur mon travail  et le plus souvent en fermant les yeux. Je propose donc mon rythme et ce que je sens en espérant que je serai suivi comme un torrent emporte les impuretés dans son eau fraîche.
Je n'aime guère les commentaires à la fin de la session car j'imagine que, à l'image de ce que je vis, il est bon de préserver le calme acquis. Pourtant chacun a son tempérament et il m'arrive de solliciter l'expression des uns et des autres. Cette écoute permet  de mettre à jour des problèmes et faciliter leur résolution. Ce soir, après avoir précisé que je n'étais pas à court d'inspiration tellement les variations sont nombreuses et possibles, j'ai demandé s'ils (oui, il y a un homme et trois dames) souhaitaient retrouver une phase de travail plus spécifique. La réponse viendra sans doute, la porte est ouverte.

 
Yoga fréquentation
Je ne m'inquiète pas sur la fréquentation plus ou moins grande du cours que j'anime. Au contraire je trouve les groupes bien sympathiques bien que nous n'ayons pas beaucoup d'échanges mais c'est le yoga que nous partageons et c'est dans la pratique que nous nous retrouvons.
Chacun fait son chemin et je respecte la démarche des uns et des autres même si je n'en connais pas précisément le sens. Ce sont des moments intenses que je conduis toujours dans l'improvisation de ce que je ressens des personnes présentes et de ce que je suis alors.
Certes plus le groupe est important plus je me sens dynamisé mais l'intimité des quelques persévérants nous entraîne dans un rituel tout aussi respectable et bienfaisant. Je disais dernièrement :
" … Il me semble que je rejoins les personnes que j'approche au-delà des apparences ; parfois dans le silence, quand je les touche par exemple. C'est ce qui attire tout en faisant peur peut être et qui me laisse à distances. D'où cette impression de solitude que j'éprouve parfois." 
Je me vois apprécié, pourtant, je ne suis pas indispensable à la vie du groupe et les associations peuvent trouver une formule nouvelle qui rejoint les aspirations des uns et des autres.
Je n'ai pas d'intérêt matériel ni d'engagement pour continuer ou arrêter mes cours dans les années qui viennent.
 

 
  Toucher pour aider la détente
Je crois que les cours que je donne sont habituellement bons surtout quand je suis inspiré, et même quand je n'ai pas une énergie débordante.
En général, je n'ai ni plan ni projet, je me laisse conduire par ce que je sens de moi-même et du groupe. Je me lance progressivement dans la pratique et réalise d'abord et devant le groupe tout ce que je propose.
Mes interventions, corrections vis-à-vis des participants, je les fait un peu au hasard en me laissant guider par le mouvement que j'ai lancé et qui se continue dans la personnalité et les possibilités de chacun. 
Il y a une sorte de sympathie, de connivence entre le groupe et moi. Hommes (2 pour 16 participants ce matin) et femmes, jeunes et moins jeunes, harmonieux ou même désirables, tous particuliers, je les guide et les touche parfois pour les encourager, les détendre, sans préférences. Je perçois alors, le plus souvent, une gratitude de la personne qui n'avait rien demandé et qui se sent reconnue, aimée. 
Plus qu'un quelconque salaire, c'est ma récompense, un retour puissant d'énergie. bM


                     Témoignage d'une participante : 
Marc, 
Il est vrai que quand tu te penches sur nous, c'est toujours un immense réconfort. Que l'on voudrait t'en remercier mais que l'on hésite à parler trop fort pour ne pas briser l'harmonie du moment. 
Je suis donc très heureuse que tu saches le reconnaître sans grandes paroles ou autres démonstrations.
 

Dans certains groupes, je vois des jolies femmes  (et  parfois quelques rares hommes ) que je touche quelques instants chacune pour favoriser leur détente après les postures. 
Sylviane ce matin, m'a remercié publiquement des bienfaits de ces quelques gestes que je distribue avec beaucoup de plaisir moi même. Le corps a tellement de choses à dire que quelques contacts suffisent parfois  à toucher l'essentiel de la personne et à nous rejoindre au delà du rationnel.
Il n'y a plus de "c'est à moi ou c'est toi" mais c'est nous qui vivons l'instant avant de communier en tant qu'âmes dans l'Unité ultime.
Bonne pratique !


Quelques conseils pratiques Armez-vous de patience et de persévérance

Aimons notre corps, cet outil merveilleux qui a besoin de notre attention pour le garder fonctionnel.
Il doit nous véhiculer tranquillement vers l'éternité. (bM)